Technologie stays fresh biostatic

Le traitement stoppe la prolifération des bactéries responsables des odeurs dans la matière. Étant donné que plusieurs traitements peuvent être appliqués simultanément lors des dernières étapes du processus de fabrication du tissu, il n’est pas nécessaire de consommer plus d’eau ou d’énergie, ce qui réduit l’impact sur l’environnement.

L’ingrédient actif est un biocide à base de chlorure d’argent ; ce n’est pas du nano-argent et il n’interfère pas avec la flore bactérienne naturelle de la peau. Le traitement est fabriqué dans l’UE avec une utilisation minimale de ressources et conformément à des réglementations environnementales strictes. La technologie Stays Fresh Biostatic de Polygiene bénéficie des agréments et des certifications pertinents pour les textiles : EPA, RPB, REACH, bluesign® et Oeko-tex Eco Passports. Les produits traités peuvent être recyclés.

Quels sont les avantages de la technologie Stays Fresh Biostatic ?
Le sel d’argent (AgCl, chlorure d’argent) qui se trouve dans Biostatic inhibe et protège contre le développement des odeurs dues aux bactéries et aux champignons. Ce qui garde les produits frais et hygiéniques.

Qu’est-ce que la technologie Stays Fresh Biostatic et comment ça marche ?
Elle repose sur le sel d’argent (chlorure d’argent). Le chlorure d’argent est naturellement présent dans l’eau et le sol.
Ses particules ont un grand nombre d’ions argent par surface. En raison de la structure des particules, de très petites quantités de sel d’argent sont nécessaires.

Polygiene est dans la plupart des cas co-appliqué avec d’autres traitements sur le tissu pendant l’étape de finition. Cela permet de minimiser l’impact sur l’environnement, car ne nécessite pas d’énergie ou d’eau supplémentaire.

Y a-t-il des effets lorsqu’il est porté à même la peau ?
Polygiene connait bien le secteur de la santé et les traitements ont subi de nombreux tests de sensibilité cutanée.
Il n’existe aucune interférence avec les bactéries présentes naturellement sur la peau – il n’est actif que sur la surface de la matière et n’interfère pas avec les bactéries naturellement présentes sur la peau, même lorsqu’il est utilisé pendant de longues périodes. Les tests concluent également qu’il n’existe pas de risque identifié lié au contact cutané et oral avec les traitements à l’argent. Polygiene n’est pas du nano-argent.

Production
Le produit est fabriqué dans l’UE avec une utilisation minimale de ressources et conformément à des réglementations environnementales strictes.

Application
Étant donné que plusieurs traitements peuvent être appliqués simultanément, il n’est pas nécessaire de consommer plus d’eau ou d’énergie, ce qui réduit l’impact sur l’environnement.

A-t-il des agréments environnementaux ?
La technologie Polygiene Stays Fresh est approuvée par bluesign®, la certification environnementale exigeante de l’industrie textile avec une approche du cycle de vie. Il a également l’agrément Oeko-tex Eco Passports, il est enregistré en vertu de la directive européenne sur les produits biocides (BPD) et approuvé par l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA). Il répond également aux exigences de REACH, la législation européenne sur les produits chimiques.

Les vêtements traités peuvent-ils être recyclés ?
Les vêtements et les accessoires traités Polygiene peuvent être recyclés.

Historiquement, quel impact a eu l’utilisation de l’argent sur l’environnement ?
L’argent s’est accumulé dans l’environnement dès l’Antiquité romaine et, à l’époque, cela était dû à l’utilisation accrue du plomb. Des niveaux d’argent significativement plus élevés sont apparus après la révolution industrielle. Lorsque vous examinez différentes couches de tourbe, vous pouvez voir que les niveaux dans une seule couche annuelle ont soudainement augmenté de 100 fois par rapport à l’époque romaine. Depuis lors, les niveaux sont restés à peu près les mêmes. Tout nouvel ajout d’argent dans le sol est tellement dilué qu’il représente un ajout assez mineur par rapport aux anciens niveaux. Les niveaux d’argent d’aujourd’hui sont plus élevés qu’ils ne l’étaient à l’époque romaine, mais ce n’est pas un problème majeur. Les plantes, les bactéries, les vers et d’autres organismes dans le sol tolèrent des niveaux significativement plus élevés que ceux que nous avons actuellement.

Tous les métaux et produits chimiques dangereux doivent-ils encore être éliminés ?
Bien sûr, nous travaillons à minimiser tous les risques pour la santé. Le problème avec les métaux et les substances chimiques, c’est qu’ils sont naturels et se trouvent dans l’environnement indépendamment de l’influence humaine. Ainsi, notre objectif ne peut jamais être nul. Au lieu de cela, nous devons nous efforcer d’empêcher les niveaux d’augmenter et de devenir dangereux.
Les produits chimiques ne sont pas mauvais en soi ; c’est plutôt le contraire qui est vrai. Différents types de composés chimiques, naturels et artificiels, contribuent à résoudre de nombreux défis majeurs de l’humanité. L’objectif doit être pour nous d’exploiter les propriétés positives des métaux et des produits chimiques tout en poursuivant le travail d’élimination de ceux qui risquent de nous nuire ou de nuire à l’environnement.

General references:

  1. The Swedish Chemicals Agency: Antibacterial substances leak from clothes via washing
  2. The Swedish Chemicals Agency, Global Report
  3. The Swedish Environmental Protection Agency: Toxins and the environment, 2013
  4. SGU Geological Survey of Sweden: Groundwater levels
  5. Wikipedia: Silver chloride
  6. Åke Bergman, professor of environmental chemistry at the University of Stockholm
Back to Fonction
Marquage permanent sur le produit
Étiquette mobile technologie Polygiene Stays Fresh Biostatic